Touché à la jambe droite, Monfils attend «le feu vert médical» avant d’affronter Djokovic

«La nature exacte de la blessure ? Je pense que c’est musculaire.» Aurelien Morissard / PANORAMIC

Après sa victoire en trois sets contre Mannarino, le numéro un français, touché à la jambe, n’affichait pas un optimisme débordant ce mercredi soir, la veille de retrouver le numéro un mondial.

Sa blessure à la jambe : «Je suis un peu frustré parce que je me suis fait mal alors que je me sentais bien. La nature exacte de la blessure ? Je pense que c’est musculaire. Je jouais avec un strap de compression. Pourtant, je n’ai pas tendu la jambe derrière. J’ai pris un appui anodin. Je vois qu’il me fait un contrepied et j’ai pris un bon coup d’électricité à la jambe. Sur le moment, j’avais l’impression que ça allait. Puis j’ai joué 2, 3 points et j’ai senti que ça n’allait finalement pas trop. J’ai dit au kiné que je le verrai après le changement de côté, parce que tu ne veux jamais vraiment gêner l’adversaire. Il m’a manipulé, donné des anti-inflammatoires. Après, j’ai un peu serré les dents pendant une vingtaine de minutes pour que ça fasse effet, pour sentir un peu moins la douleur.»

Le scénario du match : «À 6-2, j’étais un peu pessimiste. Mon coach me disait encore d’essayer. Il me disait d’être agressif et de bien servir. Je l’ai écouté. J’ai continué à être agressif. J’ai commencé à être beaucoup plus concentré plus sur ce que je faisais que sur ma douleur. Derrière, il y a eu un gros match. Lui jouait très bien. J’avais du mal à bien le déborder. J’ai breaké, il m’a débreaké tout de suite. Le tournant du match, c’était pendant le tie-break. J’ai été un peu plus agressif que lui et je l’ai senti légèrement plus fébrile, notamment sur les deux derniers points. Derrière, au troisième, pareil, j’ai essayé d’imposer beaucoup de rythme et d’intensité et de le faire courir à maximum. Je pense que physiquement, il était un peu plus touché et je m’en suis bien sorti.»

Sur son match contre Djokovic : «Je vais aller faire une échographie – le doc m’attend – pour voir comment, à froid, ma jambe va réagir. En espérant que ce soit une contracture, pas une petite élongation – c’est toujours embêtant la petite élongation – pour essayer d’être à 100 %. Déjà à 100 %, je ne bats pas Djokovic, donc ce n’est pas à 60 % que j’aurai une chance. Si j’ai le feu vert du corps médical, je prendrai donc ma décision. Au niveau du tennis, c’est toujours la même chose. J’ai perdu 17 fois contre lui. Je ne l’ai jamais battu. À chaque fois, j’essaye de l’embêter, de trouver d’autres choses. De temps en temps, ça ne marche pas du tout. Le dernier match, j’étais proche de le battre. J’ai réussi à avoir des balles de match (demi-finales Dubaï en 2020). Je vais essayer de trouver la solution pour arriver à le gêner et pourquoi pas emporter le match.»

Touché à la jambe droite, Monfils attend «le feu vert médical» avant d’affronter Djokovic

S’ABONNER

S’abonner