Toujours aussi gourmands et ambitieux, les Bleus débutent bien 2022

Sans être géniaux, les champions du monde ont réussi leur rentrée à la Côte d’Ivoire (2-1) vendredi soir à Marseille.

Envoyé spécial à Marseille

Premier match, première victoire et premières émotions pour l’équipe de France en 2022. Pas mal pour une rentrée face à la Côte d’Ivoire (2-1) dans un stade Vélodrome à la douceur printanière et tout heureux de retrouver les Bleus six ans après la demi-finale volcanique de l’Euro 2016 contre l’Allemagne. Si tout n’a pas été parfait, la bande de Didier Deschamps a laissé entrevoir quelques promesses sur le plan offensif, la confirmation d’un Aurélien Tchouaméni – buteur victorieux (90+2e) – qui prend de plus en plus d’épaisseur et d’un Olivier Giroud toujours aussi insubmersible avec son 47e but en sélection.

À lire aussiTops/Flops France-Côte d’Ivoire : Tchouaméni récompensé, Nkunku pas inspiré

Ajoutez à cela la revue d’effectif attendue avec une première cape pour les trois néophytes (Nkunku, Saliba, Clauss), difficile d’imaginer bilan plus positif. Soyons honnêtes, ce n’est pas à ce moment de l’année, avec un rassemblement intercalé entre les championnats et les Coupes d’Europe, qu’il faut demander monts et merveilles aux champions du monde. Le boulot a été fait et la dynamique collective de dix-neuf matches sans défaite perdure. Qui dit mieux ?

Giroud a réussi sa «mission rédemption»

Titulaire pour la première fois depuis un an avec les Bleus (la dernière remontait au 24 mars 2021 contre l’Ukraine) et surtout de retour dans le groupe France lundi grâce au forfait de Karim Benzema après neuf mois au placard au sortir d’un Euro déjà passé dans l’ombre, Olivier Giroud a réussi sa «mission rédemption» sur la pelouse du Vélodrome et d’un public acquis à sa cause. Sans trop de surprise finalement, tant ce cadre des Bleus, 35 ans et 111 sélections ne déçoit que très rarement. C’est d’ailleurs lui qui a remis les champions du monde dans le bon sens après le joli but de Nicolas Pépé (0-1, 19e) pour l’ouverture du score ivoirienne suite à une multitude d’erreurs d’appréciations du clan français (Pogba, les frères Hernandez, Lloris), en reprenant de la tête un centre parfait de Theo Hernandez (1-1, 22e).

Toujours bon à prendre pour l’attaquant de l’AC Milan dans sa quête de venir chercher le record de Thierry Henry, meilleur buteur de l’histoire de la sélection avec 51 réalisations, mais surtout en vue du billet qu’il souhaite obtenir pour la Coupe du monde au Qatar (21 novembre-18 décembre). Outre son but, il aura aussi confirmé sa capacité à jouer pour les autres, avec une entente technique qui n’a pas pris une ride avec Griezmann (60 matches consécutifs en sélection, série en cours) notamment ou encore un sens du sacrifice toujours précieux sur les coups de pied arrêtés. Autant de signes d’une soirée réussie sur toute la ligne pour «Olive».

Reste à savoir désormais si cela sera suffisant aux yeux d’un sélectionneur, qui a le luxe, sans Kylian Mbappé (préservé en raison d’une infection ORL vendredi) et Karim Benzema, ses deux joyaux, de pouvoir compter sur un soldat plus qu’expérimenté. Dans l’optique d’un Mondial sans préparation pour les joueurs et des matches tous les trois jours, la question de la présence de Giroud en sélection mérite d’être posée…

Match monstrueux de Tchouaméni

Dans les autres enseignements d’une soirée douce avec un stade Vélodrome garni par plus de 62.000 spectateurs, les Bleus ont laissé entrevoir de belles dispositions offensives, surtout lors du premier acte, avec notamment Theo Hernandez et Kingsley Coman du côté des fameux «pistons». À ce poste-là, le Munichois a des arguments à mettre en avant, mais dans ce système de jeu en 3-4-3 qui accepte le déséquilibre aussi parfois, les partenaires de Hugo Lloris ont frôlé la correctionnelle à plusieurs reprises (11e, 49e, 57e).

N’oublions pas non plus le match monstrueux d’Aurélien Tchouaméni (22 ans, 8 sélections) au milieu de terrain, symbole d’un réservoir sans fin de Deschamps dans l’entrejeu. Des dispositions qui demandent confirmation, avec d’autres éléments, revue d’effectif oblige, mardi contre l’Afrique du Sud à Lille.