Ukraine: des psys déployés pour apaiser les traumatismes de la guerre

Réservé aux abonnés

Une bénévole de la Croix-Rouge tente de divertir un enfant ukrainien avec une marionnette, dans un gymnase, samedi dernier, à Dijon. Sabrina DOLIDZE/Divergence

DÉCRYPTAGE – Contrairement aux premiers venus, ceux qui sont arrivés plus récemment ont été exposés aux bombardements ou aux scènes de dévastations.

Ils ont laissé derrière eux une partie de leur famille, leur maison, leurs affaires, leur pays. Certains ont connu les bombardements, certains sont partis avant. Tous vivent le même arrachement. Le soutien psychologique des 30.000 Ukrainiens déjà arrivés en France depuis le début de la guerre s’organise. Avant même leur venue, les cellules d’urgence médico-psychologique (Cump) des départements ont été saisies par les autorités préfectorales pour se déployer dans les accueils d’urgence.

Logement, nourriture, habillement… La première urgence est d’assurer la sécurité matérielle des Ukrainiens. Le temps de la parole n’arrive qu’ensuite. «On ne peut pas les questionner trop tôt, au risque de déstabiliser les défenses psychiques qu’ils ont mises en place pour tenir debout», explique la Dr Gaëlle Abgrall, responsable de la cellule d’urgence médico-psychologique de Paris et d’Île-de-France.

État de stress aigu

«La plupart sont des familles, des femmes avec enfants mais aussi des personnes âgées qui ont laissé des proches…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

À lire aussi

Notre palmarès des 80 meilleurs lycées publics et privés de France

Notre palmarès des 80 meilleurs lycées publics et privés de France

EXCLUSIF – L’absence des épreuves de spécialité, annulées en 2021 en raison du Covid, n’a pas freiné la montée des établissements privés dans notre palmarès, qui prend en compte la capacité à faire progresser les élèves.

«Un drame», «une tragédie», «un échec de notre justice»… Les premières réactions politiques à la mort d’Yvan Colonna

«Un drame», «une tragédie», «un échec de notre justice»... Les premières réactions politiques à la mort d'Yvan Colonna

Le militant indépendantiste corse, condamné à la perpétuité pour l’assassinat du préfet Érignac, est mort lundi soir des suites de son agression à la prison d’Arles le 2 mars.

Ferrandi et Alessandri, complices de Colonna, transférés «d’ici la mi-avril» dans une prison corse

Ferrandi et Alessandri, complices de Colonna, transférés «d'ici la mi-avril» dans une prison corse

Cette décision s’inscrit dans un contexte de vives tensions en Corse, après l’agression d’Yvan Colonna à la prison d’Arles le 2 mars et son décès lundi.