Un collège privé au chevet des quartiers sensibles du Mans

Réservé aux abonnés

Par Aude Bariéty

Publié , Mis à jour

Les contrats locaux d’accompagnement (CLA) ont été lancés à la rentrée scolaire de septembre 2021 dans trois académies: Lille, Nantes et Aix-Marseille. Picasa/Drivepix – stock.adobe.com

REPORTAGE – Saint-Benoît-Maupertuis, dont près de la moitié des élèves sont boursiers, bénéficie de moyens supplémentaires dans le cadre d’une mesure test.

«L’enseignement catholique, ce ne sont pas que des familles bobos dans des établissements en pierre de taille!» Difficile de classer le groupe scolaire manceau Saint-Benoît-Maupertuis dans cette catégorie. 49,58 % de boursiers, 43 % d’élèves issus des quartiers est de la ville, considérés comme «sensibles», et 30 % d’élèves «en difficulté dans les apprentissages», selon une estimation de la direction: le collège Saint-Benoît fait face à des défis de taille. Après avoir réclamé de l’aide pendant des années, l’établissement a signé en ce début d’année scolaire un contrat local d’accompagnement (CLA) avec le rectorat de Nantes, dans le cadre d’une expérimentation menée dans trois académies. En tout, six établissements de l’enseignement catholique ont été sélectionnés. Fort de moyens financiers supplémentaires accordés pour trois ans, le directeur de Saint-Benoît, Jean-François Chauvin, salue «une bouffée d’oxygène» qui lui a permis de mettre en place plusieurs mesures très concrètes «dont

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous