Un Noël à l’ombre du variant Omicron

Réservé aux abonnés

Des personnes attendent devant un laboratoire afin d’effectuer un test de dépistage, à Paris, le 23 décembre. CHRISTIAN HARTMANN/REUTERS

Cette année encore, le virus s’invite à la fête, semant parfois la pagaille au sein des familles.

C’est l’heure des dernières emplettes avant Noël. Mais la file d’attente, à l’entrée des pharmacies, concurrence celle qui s’étire devant les grands magasins parisiens. Sous la croix clignotante d’une officine du quartier de l’Opéra, à Paris, une vingtaine de personnes patientent dans le froid. Submergé, le pharmacien grogne: «Je n’ai même plus le temps de déjeuner et les labos n’ont plus assez de réactifs pour les tests.»

À lire aussiTests de dépistage du Covid-19: les laboratoires tirent la sonnette d’alarme

Après deux ans de pandémie et malgré une vaccination massive, l’espoir d’un Noël «normal» s’est évanoui. Il y a tout juste un an, les Français s’inquiétaient de «la menace du variant anglais du Covid-19» et voulaient «éviter la troisième vague». Aujourd’hui, ils redoutent la progression fulgurante du variant Omicron et parlent déjà d’une sixième vague. Avec un sentiment de lassitude qui porte désormais un nom: «la fatigue pandémique», selon le terme mis en avant par l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

Nouveau pic

«À ceux qui auront la joie de se retrouver en famille (…): les…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous