Vaccin : «Peut-on faire prévaloir des convictions personnelles sur des obligations citoyennes ?»

Réservé aux abonnés

«La citoyenneté est un concept plus philosophique que juridique», explique Didier Maus. Adobe Stock.

ENTRETIEN – Emmanuel Macron a déclaré vouloir «emmerder les non-vaccinés», ajoutant qu’ils seraient «irresponsables» et «plus citoyens». Le constitutionnaliste Didier Maus revient sur cette notion de citoyenneté.

Didier Maus est un ancien haut fonctionnaire et président de l’Association française de droit constitutionnel. Depuis 2017, il préside la société d’histoire de la Ve République


Dans un entretien accordé au Parisien, le président de la République a annoncé avoir «très envie d’emmerder les non-vaccinés». Avant d’ajouter, un peu plus loin : «Quand ma liberté vient menacer celle des autres, je deviens un irresponsable. Un irresponsable n’est plus un citoyen». Des propos qui ont déchaîné l’opposition, et notamment la candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse, qui a martelé que «ce n’est pas au président de la République de trier entre les bons et les mauvais Français».

LE FIGARO.- Comment définir la citoyenneté ?

Didier MAUS.- Selon la doctrine politique des Lumières, puis de la Révolution, un citoyen est un homme ou une femme qui jouit de sa responsabilité et de sa liberté, participe pleinement à la vie civique et est conscient de ses droits et devoirs. C’est…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

Vaccin : «Peut-on faire prévaloir des convictions personnelles sur des obligations citoyennes ?»

S’ABONNER

S’abonner