Vaccins anti-Covid: les États-Unis tentent désormais leur chance en Asie

Réservé aux abonnés

Par LENA

Publié

Dose du vaccin Sinopharm contre le Covid-19. FADEL SENNA / AFP

VU D’AILLEURS – Pour assurer son influence, la Chine a approvisionné ses voisins en vaccins. Mais maintenant que ces derniers s’avèrent peu efficaces, les États-Unis attaquent la Chine sur son propre terrain.

Par Maximilian Kalkhof (Die Welt),

Joe Biden a déjà donné le ton début août. Lors d’un sommet rassemblant des responsables politiques de la région Pacifique, le président américain a annoncé que son pays ferait don d’un demi-milliard de doses de vaccin à Covax, l’initiative de vaccination de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Une partie de ces vaccins ira à l’Asie — et « sans conditions », comme l’a souligné Joe Biden. Une déclaration qui a tout d’un coup de griffe porté à la Chine. Des critiques accusent en effet Pékin d’approvisionner l’Asie en vaccins à grande échelle — et d’assortir cet approvisionnement de conditions.

À lire aussiGuerre du vaccin: Pékin ou Washington? Les pays asiatiques refusent de choisir

Mardi dernier, la vice-présidente des États-Unis a saisi la balle au bond. Kamala Harris est actuellement en voyage en Asie du Sud-Est, avec des rendez-vous à honorer à Singapour et au Vietnam, et a rapidement précisé les raisons de sa tournée sur place : les États-Unis lancent actuellement une offensive de charme pour contrer l’influence de Pékin dans la région.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Vaccins anti-Covid: les États-Unis tentent désormais leur chance en Asie

S’ABONNER

S’abonner