Vers une garde d’enfants « pour tous » ? Les pistes pour construire un service public de la petite enfance

Réservé aux abonnés

Quatre enfants sur dix ne bénéficient pas d’une place d’accueil. Par very_ulissa

Un rapport, réalisé à la demande de Matignon, s’inquiète de la pénurie de professionnels et propose notamment de mieux indemniser le congé parental.

Vers une garde d’enfants pour tous ? La proposition d’un service public de la petite enfance fait son chemin. Emmanuel Macron, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Valérie Pécresse ou encore Anne Hidalgo s’y sont déclarés favorables. Une promesse séduisante mais aussi un serpent de mer. Et si l’idée d’un droit à la garde d’enfant s’impose dans la campagne présidentielle, reste à définir ses contours. Mardi, le CESE a rendu public un rapport sur ce thème, réalisé à la demande de Matignon. Aujourd’hui, quatre enfants sur dix ne bénéficient pas d’une place d’accueil, rappelle en préambule ce document.

À lire aussi«Laissez les enfants jouer dehors»: l’essor des crèches en plein air

Le chemin à parcourir pour arriver à la création d’un service public reste donc encore long. Malgré les engagements des gouvernements successifs à multiplier les places de crèches, la politique actuelle d’accueil du jeune enfant «est loin de satisfaire les exigences d’égalité, d’accessibilité inconditionnelle, de continuité sur le territoire et d’adaptation aux besoins que l’on est en droit…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 77% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

À lire aussi

«Ce n’est pas normal de mettre sa vie en danger pour étudier!»: à Cergy, les étudiants de l’Essec face à l’insécurité

«Ce n'est pas normal de mettre sa vie en danger pour étudier!»: à Cergy, les étudiants de l'Essec face à l'insécurité

RÉCIT – Dans cette ville du Val-d’Oise, la délinquance «fait quasiment partie du décor», selon un commissaire de police. Une tache de boue sur le nom d’une des plus prestigieuses écoles de commerce françaises.

Ferrandi et Alessandri, complices de Colonna, transférés «d’ici la mi-avril» dans une prison corse

Ferrandi et Alessandri, complices de Colonna, transférés «d'ici la mi-avril» dans une prison corse

Cette décision s’inscrit dans un contexte de vives tensions en Corse, après l’agression d’Yvan Colonna à la prison d’Arles le 2 mars et son décès lundi.

«Un drame», «une tragédie», «un échec de notre justice»… Les premières réactions politiques à la mort d’Yvan Colonna

«Un drame», «une tragédie», «un échec de notre justice»... Les premières réactions politiques à la mort d'Yvan Colonna

Le militant indépendantiste corse, condamné à la perpétuité pour l’assassinat du préfet Érignac, est mort lundi soir des suites de son agression à la prison d’Arles le 2 mars.

Vers une garde d’enfants « pour tous » ? Les pistes pour construire un service public de la petite enfance

S’ABONNER

S’abonner