Vladimir Fédorovski: «La rupture entre la Russie et l’Europe est porteuse d’un grand danger»

Réservé aux abonnés

Diabolisé par les Occidentaux, Vladimir Poutine, qui dirige la Russie depuis 2000, tourne désormais son regard vers l’Asie. AFP

ENTRETIEN – Il y a trente ans, l’échec du putsch de Moscou signait la fin définitive du communisme en Russie. Mais depuis, déplore Vladimir Fédorovski, la Russie et l’Europe occidentale ne sont pas parvenues à se rapprocher. Et pas par la seule faute de Poutine…

Le 19 août 1991, les communistes conservateurs russes hostiles au train de réformes lancées par Gorbatchev séquestrent celui-ci dans sa datcha de Crimée et annoncent s’être emparés du pouvoir. Le vice-président de l’URSS défaillante, Guennadi Ianaïev, est nommé président par intérim et des chars émeutiers sillonnent les rues de Moscou.

À lire aussiComment Vladimir Poutine étend son réseau d’«influenceurs» en Europe

Immédiatement, des manifestations de protestation éclatent avec, à leur tête, le président de la République de Russie, Boris Eltsine. Depuis le Parlement – la «Maison blanche» -, il lance un mouvement de résistance dont Vladimir Fédorovski est alors un des porte-parole. Deux jours plus tard, les putschistes déposent les armes. Cinq mois après, l’URSS est démantelée, laissant la place à une myriade de nouveaux États. Parmi eux, le plus grand – la Fédération de Russie – est dirigé depuis 2000 par Vladimir Poutine.

En août 1991, vous étiez porte-parole du Mouvement des réformes démocratiques. Par quel miracle le coup d’État anti-Gorbatchev a-t-il tourné au fiasco?

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Vladimir Fédorovski: «La rupture entre la Russie et l’Europe est porteuse d’un grand danger»

S’ABONNER

S’abonner