Vladimir Poutine cherche à restaurer l’ordre russe dans sa sphère d’influence

Réservé aux abonnés

Par Alain Barluet

Publié , Mis à jour

Vladimir Poutine assiste à une vidéo-conférence de l’OTSC sur la situation au Kazakhstan, depuis la résidence d’État de Novo-Ogaryovo, lundi, près de Moscou. SPUTNIK/via REUTERS

Un sommet russo-américain s’est tenu lundi à Genève pour aboutir à une désescalade en Ukraine, où, comme au Kazakhstan, Moscou s’emploie à rétablir son emprise perdue.

Kazakhstan, Ukraine: par-delà ses spécificités, chacune de ces crises est l’occasion pour Vladimir Poutine de réaffirmer l’influence de la Russie sur son «étranger proche». Lundi, au moment où se déroulaient à Genève des pourparlers russo-américains dominés par les tensions autour de l’Ukraine, le chef du Kremlin a tiré pour la première fois publiquement les leçons des troubles intervenus depuis le 2 janvier et qui ont fait des dizaines de tués chez le voisin kazakh riche en hydrocarbures.

«Nous ne permettrons pas que de telles dérives interviennent et que se réalise dans notre région le scénario des soi-disant révolutions de couleur», a dit M. Poutine. Le Kazakhstan a été victime «d’une agression du terrorisme international», avec des «bandes d’hommes armés», disposant «clairement d’une expérience de combat» et formés dans des «centres à l’étranger», a affirmé le président russe lors d’une vidéo-conférence avec son homologue kazakh Kassym-Jomart Tokaïev qui, lui, a parlé de «tentative de…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Vladimir Poutine cherche à restaurer l’ordre russe dans sa sphère d’influence

S’ABONNER

S’abonner